Tél: 04 90 60 03 10    mail: ambreagorn@aol.com


Histoire du bijou


1/ Les tout premiers bijoux préhistoriques


On a longtemps cru que l'invention des bijoux dataient de 35.000 ans et était associée aux hommes de Cro-Magnon porteurs de la culture aurignacienne.
Mais cette vision a été ébranlée ces dernières années par une série de découvertes archéologiques datées de 70.000 à 135.000 ans.

Selon une étude américano-croate, des serres de rapaces (retrouvées sur le site néandertalien de Krapina en Croatie) ont été travaillées, il y a 130.000 ans, pour être montées en bracelet ou collier, assemblées par des liens végétaux ou des tendons animaux.
Ce seraient les plus anciens vestiges de bijoux avérés à ce jour.Ces serres d'aigle (un pigargue à queue blanche)de 3 cm environ ont révélé des marques de coupe, abrasion et polissage d'origine humaine.
Serres de rapaces,bijoux préhistoriques.Crédit photo: Luka Mjeda (Zagreb).


série de serres retrouvées en France au Paléolithique
Griffes de grands rapaces diurnes trouvées en France et en Italie dans des habitats du Paléolithique moyen. © Véronique Laroulandie


La grotte de Mandrin, dans la Drôme, abrite, comme d'autres sites en France et en Italie, des serres de rapaces sur lesquelles figurent des traces d'incisions attribuées à des Néandertaliens. La plus ancienne de ces serres (90.000 ans) a été trouvée sur le site de Combe-Grenal, en Dordogne.



Des coquillages perforés et décorés (pigments jaunes et rouges) ont été découverts dans une grotte espagnole à la Cueva de los Aviones, près de Cartagène et datés de 120.000 ans.

Coquillages de la grotte espagnole de los Aviones

On a également retrouvé des coquilles percées de 100.000 ans (ornements corporels) à Skhul en Israël

Coquilles perforées de Nassarius gibbosulus, provenant de Mugharet es-Skhul (Israël)

ainsi qu' à l'Oued Djebbana en Algérie (90.000 ans) et à Taforalt au Maroc (datés de 82000 ans dans la grotte des Pigeons)

Petits coquillages marins perforés,dans la grotte des Pigeons à Taforalt

grotte des pigeons au Maroc
© Nick Barton / Ian Cartwright – Institute of Archaeology, Oxford University.

Enfin sur le site de Blombos en Afrique du Sud, on a trouvé 41 coquillages percés,
datant de 75 000 ans.
Coquillages percés découverts dans les couches Middle Stone Age de Blombos

Ainsi plus de 20.000 ans avant l'arrivée de l'Homo Sapiens, l'homme de Néandertal enterrait ses morts, maniait les symboles, dessinait, utilisait des pigments, portait des parures de coquillages percés et teintés ainsi que des colliers de plumes, griffes ou serres.

Dès le Paléolithique on peut distinguer deux types de bijoux* :

-les parures issues de la simple collecte ( la main de l'homme ne créant que le moyen de les relier)
-les parures inventées à partir d'une modification partielle ou totale du matériau d'origine (l'os, l'ivoire, les bois de cervidés et quelques minéraux tendres:lignite,calcaire).

Parure du Chatelperronien, Néandertal. Parure réalisée à partir de dents d'animaux et d'ivoire 35 000 av. J-C
Ci-dessus: Parure du Chatelperronien (Néandertal). Parure réalisée à partir de dents d'animaux et d'ivoire (-35 000 av. J-C)




63 perles en ivoire de mammouth
63 perles en ivoire de mammouth découvertes en France (Abri Pataud - 22.000ans)

perles en canine de phoque
Perles en canines de phoque datant du paléolithique (-20.000 ans) retrouvée à Saulges en Mayenne.


On peut voir que ces parures du Paléolithique supérieur étaient conçues principalement en coquillages ou en dents animales.On peut raisonnablement imaginer que d'autres matériaux, périssables, étaient utilisés: plumes, fleurs, écorces, graines, cuir ou bois.

Parures préhistoriques en coquillages

Voilà à quoi pouvaient ressembler des Magdaléniens (-15000 à -9000 ans), parés de perles en coquillages ou rondelles percées.

Magdalénienne coiffée d'une parure en perles perforées

Magdaléniens parés de perles

Voir ci-dessous les nombreuses perles et objets de parure découverts dans la sépulture de "l'enfant de La Madeleine" (sépulture -10.000ans).
De haut en bas : coquillages perforés(dentales, turriteles, cyclopes, néritines, amandes) et dents (canines de renard, craches de cerf) percées.

parure trouvés sur le corps de l'enfant de la Madeleine


Au Néolithique (à partir de -9000 ans)la perle travaillée se développe.

En pierres:
Perles en pierre du Néolithique
en cuivre:
collier de perles en cuivre découvert en Suisse et datant du Néolithique (environ 4000 ans)


Les perles sont façonnées dans de nombreux matériaux et assemblées dans une grande variété de formes (coiffes, parures de bras, de jambes ou juste fixée aux vêtements).
La vie en pleine nature offrait,on le voit,une profusion d'éléments très diversifiés pour élaborer colliers, pendeloques et parures:
-Végétaux, éphémères et périssables (feuilles,fleurs,graines,bois)
-Animaux (os,dents,ivoire de mammouth, bois de cervidé,griffes,becs,serres,coquilles d'oeufs, plaques dermiques de tortues, mais aussi plumes,plus altérables)
-Fossiles et coquillages
-Minéraux, galets, métal (cuivre)



Voir la suite: Du Paléolithique à l'Antiquité.

*-- Curieusement, de nos jours, on constate la même division dans l'artisanat actuel du bijou où l'enfilage de perles (simple montage) cotoie la création réelle (soudage, modelage, sculpture,etc..)--




Liste de tous les ARTICLES
rédigés par Ambreagorn pour l'Atelier des elfes


Tous droits réservés. Vous pouvez utiliser tout ou partie de ces articles appartenant à l'Atelier des Elfes,
si et seulement si
vous y joignez un lien très visible menant vers la page d'origine du site:
http:ambreagorn.free.fr/Bijoux-prehistoriques.htm